Notre-Dame du Rosaire,
Peinture de Simone Cantarini (1612-1648),
Peint vers 1640,
Huile sur toile
Fondazione Brescia Musei, Brescia, Italie

Notre-Dame du Rosaire,
Peinture de Simone Cantarini (1612-1648),
Peint vers 1640,
Huile sur toile
Fondazione Brescia Musei, Brescia, Italie

Évangile du 7 octobre 2023

Notre-Dame du Rosaire

Luc 10:17-24

Les soixante-douze sont revenus en se réjouissant. Seigneur, dirent-ils, même les démons se soumettent à nous quand nous utilisons ton nom. Il leur dit : "J'ai vu Satan tomber du ciel comme un éclair. Oui, je vous ai donné le pouvoir de fouler aux pieds les serpents et les scorpions et toute la force de l'ennemi ; rien ne pourra jamais vous faire du mal. Mais ne vous réjouissez pas de ce que les esprits se soumettent à vous ; réjouissez-vous plutôt de ce que vos noms sont écrits dans les cieux".

C'est alors que, rempli de joie par l'Esprit Saint, il dit :

Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, pour avoir caché ces choses aux savants et aux intelligents et les avoir révélées aux simples enfants. Oui, Père, car c'est ce qu'il t'a plu de faire. Tout m'a été confié par mon Père ; et personne ne sait qui est le Fils, si ce n'est le Père, et qui est le Père, si ce n'est le Fils et ceux à qui le Fils choisit de le révéler.

Puis, se tournant vers ses disciples, il leur parla en privé : "Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez, car je vous dis que beaucoup de prophètes et de rois ont voulu voir ce que vous voyez, et ne l'ont jamais vu ; entendre ce que vous entendez, et ne l'ont jamais entendu.

Réflexion sur le tableau

Nous célébrons aujourd'hui la mémoire de Notre-Dame du Rosaire. Nous aimons en effet prier Notre-Dame. Le numéro 2682 du Catéchisme de l'Église catholique le dit si bien : En raison de la coopération singulière de Marie à l'action de l'Esprit Saint, l'Église aime à prier en communion avec la Vierge Marie, à magnifier avec elle les grandes choses que le Seigneur a faites pour elle, et à lui confier supplications et louanges. Le Rosaire nous invite ainsi à réfléchir aux grands mystères de la vie, de la mort et de la résurrection de Jésus.

L'origine exacte du rosaire en tant que prière n'est pas très claire et fait l'objet d'un débat entre les spécialistes. L'utilisation de cordes de prière nouées dans le christianisme remonte aux Pères du désert, aux IIIe et IVe siècles. Ces dispositifs de comptage étaient utilisés pour les prières dans le cadre du monachisme chrétien. La période qui a suivi le premier concile d'Éphèse en 431 (qui a déclaré Marie Theotokos, Mère de Dieu) a vu l'utilisation progressive de prières adressées à Marie et on pense que c'est à cette époque que les cordes à nœuds ont commencé à être utilisées pour aider à la méditation.

Il convient également de noter le chevauchement entre le rosaire et les 150 psaumes. Les moines du monachisme chrétien primitif utilisaient les cordes à prières pour réciter les 150 psaumes. Les laïcs voulaient reproduire cette pratique, mais comme ils ne savaient ni lire ni écrire, ils n'étaient pas en mesure de réciter les psaumes. Ils ont donc commencé à répéter le Notre Père et l'Ave Maria. Lorsque nous prions le rosaire et ses mystères joyeux, douloureux et glorieux (chacun contenant 50 Ave Maria), le total est également de 150. Encore une fois, l'origine du rosaire fait l'objet de spéculations, mais cette version des faits me semble plausible.

Selon une tradition dominicaine, en 1208, le rosaire a été donné à saint Dominique lors d'une apparition de la Vierge Marie dans l'église de Prouille. Dominique tentait alors de convertir les Albigeois à la foi catholique. Le jeune prêtre n'a guère de succès jusqu'au jour où il reçoit une vision de la Sainte Vierge, qui lui donne le rosaire comme outil de lutte contre les hérétiques. Cette apparition mariale a reçu le titre de Notre-Dame du Rosaire. Notre belle peinture de Cantarini montre la Vierge et le Christ enfant tenant des chapelets et les remettant aux fidèles.

Partager cette lecture de l'Évangile

Avez-vous aimé cette lecture de l'Évangile et cette réflexion artistique ?

Participez à la discussion sur cette œuvre d'art et la lecture de l'Évangile.

Subscribe
Notify of
31 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Ana G
Membre
Ana G(@anagb)
il y a 4 mois

Je trouve ce fragment de l'Évangile très passionnant. J'aime particulièrement voir ce moment d'enthousiasme de Jésus face au succès du travail missionnaire des disciples. Le récit raconte comment, en route vers Jérusalem, il donne des instructions à ses disciples sur sa tâche libératrice de guérison et d'annonce que le règne de Dieu est proche.

Dans le chapitre précédent, il raconte comment il a envoyé les douze et comment ils ont opéré des guérisons. Mais pas toujours. Dans ce même chapitre 9, il raconte l'échec de certains d'entre eux qui voulaient guérir l'enfant épileptique et qui n'y sont pas parvenus. Le même épisode apparaît dans Matthieu 9, 14-20 et Marc 9, 14-27. Lorsque les disciples lui demandent pourquoi ils n'ont pas réussi à le guérir, Jésus les réprimande en leur disant que c'est à cause de leur manque de foi en son message. Ils ne l'ont pas compris. Ce ne sont pas eux qui guérissent par leur propre pouvoir, mais le Père, et c'est en lui qu'ils doivent avoir confiance et à qui ils doivent demander.

Or, dans cet épisode, Jésus déborde de joie, car la bonne nouvelle que les disciples lui apportent parle de son succès, mais aussi de sa foi, de sa confiance en Jésus comme envoyé de Dieu. Cette foi leur permettra de ne pas être blessés par les forces du mal (représentées par Satan, les serpents et les scorpions), et de conserver un cœur pur et fort. Il les avertit également que ce qui est important, ce ne sont pas les miracles qu'ils accomplissent, mais qu'ils sont déjà "inscrits" au ciel, précisément en raison de leur foi en son message et de sa mise en pratique.

Cela me remplit de joie lorsque Jésus, rayonnant de joie, s'exclame en bénissant le Père parce qu'il a inspiré cette foi à des gens simples, alors que ceux qui prétendent être sages et savants (en référence aux juristes et aux pharisiens) ne découvrent pas qui il est. Jésus. Ceux qui croient tout savoir, tout faire bien et être parfaits, et qui critiquent les gens simples, méprisent le message de Jésus. En revanche, ceux qui savent qu'ils sont dans le besoin, les humbles, l'acceptent. Jésus est heureux, car, comme il le dit ailleurs (Luc 5, 31 ; Matthieu 9, 12), ce ne sont pas les bien-portants qui ont besoin d'un médecin, mais les malades. Et il est venu pour guérir, pour libérer les opprimés de toutes sortes : socialement, physiquement, mentalement et spirituellement, et non ceux qui n'ont besoin de rien parce qu'ils ont déjà tout. Dans ma vie, il y a beaucoup de gens très simples qui m'apprennent beaucoup, discrètement, par leur exemple, sur la façon de vivre l'évangile dans la vie de tous les jours.

J'aime aussi quand, plus tard, s'adressant aux disciples, il précise que lui seul sait pleinement qui est le Père et que c'est pour cela qu'il est chargé de le révéler. (Il y a là un indice pour les "sages et les intelligents" : ce n'est pas l'étude de la Loi qui leur donnera la connaissance du Père, mais l'ouverture à l'Esprit). Jésus veut révéler à tous qui est le Père et son amour inconditionnel, et c'est pourquoi il a envoyé les disciples accomplir cette mission partout où ils passent. Ici en particulier, en traversant la Samarie, région païenne, il fait référence à l'universalité de son message, rompant avec l'exclusivisme des Juifs de son temps, plus soucieux de maintenir le monopole de Dieu en tant que "peuple élu" que de le partager avec les non-Juifs.

Quelle chance pour moi, pour nous, d'avoir pu le rencontrer ! Comme nous sommes privilégiés ! En tant que disciples, c'est à nous de le répandre comme nous le pouvons, selon les circonstances, et surtout avec le témoignage. Et aussi de nous encourager mutuellement, de nous soutenir dans l'espérance qui nous unit.

(J'allais dire quelque chose à propos de la peinture et du rosaire, mais je continue, et pour certains ces heures sont déjà tardives). J'espère arriver à temps pour certains. Bénédiction à tous. Que la Vierge du Rosaire vous sourit !

Zeffi
Membre
Zeffi(@zeffi)
il y a 4 mois
Répondre à  Ana G

Merci, Ana, pour votre explication du passage de l'Évangile d'aujourd'hui.
Et je vous remercie également pour les bénédictions. Puissiez-vous être bénis à votre tour.

Chazbo M
Membre
Chazbo M(@chazbo)
il y a 4 mois
Répondre à  Ana G

Comme votre explication est merveilleuse, Ana ! Je suis gênée de ne pas avoir compris plus tôt dans la journée. Je vous suis reconnaissante de vos contributions et je sais que vous êtes très occupée ; c'est donc une bonne chose que vous preniez le temps de le faire.

Nik
Membre
Nik(@nik)
il y a 4 mois
Répondre à  Ana G

Merci beaucoup.

Chazbo M
Membre
Chazbo M(@chazbo)
il y a 4 mois
Répondre à  Ana G

Je viens de relire l'Évangile et je comprends mieux. Il est devenu vivant.

Polly French
Membre
Polly French(@pauline)
il y a 4 mois
Répondre à  Ana G

Merci Ana pour tes explications qui m'aident à apprendre et à mieux comprendre. J'aime particulièrement votre enthousiasme pour le message de l'Evangile qui devrait toujours nous encourager à être un peu meilleurs jour après jour.

Noelle Clemens
Membre
Noelle Clemens(@jeanne)
il y a 4 mois
Répondre à  Ana G

Merci, Ana, d'avoir rendu ce passage de l'Évangile beaucoup plus clair. 💐

Patricia O'Brien
Membre
Patricia O'Brien(@marispiper)
il y a 4 mois

Je remarque que le Prado organise une exposition consacrée à l'antisémitisme historique et aux atrocités commises contre les Albigeois en Espagne au Moyen-Âge.

Noelle Clemens
Membre
Noelle Clemens(@jeanne)
il y a 4 mois
Répondre à  Patricia O'Brien

Oui, comme j'aimerais y aller ! Au début du Moyen-Âge, les chrétiens vivaient avec les juifs et les musulmans dans la "convivencia". Qui sait quelles richesses l'Espagne a perdues en expulsant ces deux derniers....

Chazbo M
Membre
Chazbo M(@chazbo)
il y a 4 mois
Répondre à  Patricia O'Brien

Les musulmans et les juifs sont une chose (ou deux !), mais les Albigeois, c'est autre chose ! Une étrange secte chrétienne qui a été mise hors d'état de nuire par la couronne française. Je ne pensais pas qu'ils avaient grand-chose à voir avec l'Espagne ?
Bien sûr, aujourd'hui, ils auraient été tolérés.

Noelle Clemens
Membre
Noelle Clemens(@jeanne)
il y a 4 mois
Répondre à  Chazbo M

Les Albigeois étaient concentrés dans le Languedoc...

Will Howard
Membre
Will Howard(@fr-will)
il y a 4 mois
Répondre à  Patricia O'Brien

Bonne fête Patricia
Hmmmm Je me demande si je peux me nourrir de votre commentaire - c'est peut-être un peu exagéré, mais c'est ce qui est amusant, n'est-ce pas (grincer).
(Et s'il vous plaît, assistez à l'exposition du Prado pour moi - et amenez un ami. Un tel patronage est comme une protestation silencieuse et élégante contre la 'vieille montée de l'antisémitisme encore une fois, sans parler de la solidarité avec nos ancêtres dans la foi - en reconnaissant que les catholiques sont les deuxièmes sur la liste des martyrs).

C'est alors que, rempli de joie par l'Esprit Saint, il dit : "Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, d'avoir caché ces choses aux savants et aux intelligents et de les avoir révélées aux petits enfants".

Si vous le permettez, je poursuis un petit retour en arrière sur cet "iconoclasme de la Renaissance" ou du "Moyen-Âge". Encore une fois, je suis sûr que la représentation réaliste feinte de l'épanouissement technique super pictural de Cantarini s'accorde en quelque sorte avec le sujet céleste "joyeux". Mais, vraiment, qu'en est-il du chapelet de notre Sainte Mère ?

Oui, le "Hail Full of Grace" angélique de Lukian. Quelle simple expression enfantine que celle que les figures célestes nous tendent aujourd'hui - perles à la main. Il est certain que Marie prie - faute d'un meilleur terme - le mantra/la répétition de la prière, "en implorant". Le sujet de Cantarini est convenablement plus âgé, pour ne pas offenser, confortablement couché dans les nuages et les pieds appuyés sur les séraphins, elle tient l'enfant Christ courant sur son chapelet, ensemble, le regard endeuillé vers la terre : "... priez mes enfants".

Hmmmm encore une fois, tout va bien en ce qui concerne ce sentiment (pardonnez-moi) saccharine de simple consolation.

Annnnnd :
Et si, plus qu'un mantra de bien-être, cette prière, rempart de l'Église occidentale, était destinée à inculquer une sorte de charisme de la mission catholique à travers les âges : Vous êtes donc bénis, vous aussi, comme mes enfants... comme les enfants du Dieu Très-Haut". Ensuite, le Rosaire est considéré comme un outil, peut-être même une "épée de l'Esprit", qui fend et crible le sens de notre essentiel, "le sens d'être d'AUTRES CHRISTES, dans le monde".

Nos racines judaïques s'éloignent de ces images, qui tentent de dépeindre les mystères/réalités divins. Puis, le Verbe s'est fait chair - d'où l'ordre de l'image iconographique orientale, qui prend presque la forme d'une bande dessinée. Sa conception est conçue comme une "fenêtre seulement", de manière à remplir la prière de l'Esprit Saint, puis, "fermant l'œil de l'intellect", à ÊTRE, à devenir, un Mystère de Grâce dans le monde.

La corde à nœuds ou "Chotki" de l'Église orientale ("3e-4e siècles"), encore largement utilisée aujourd'hui, invoque simplement, de manière répétée et méditative le Dieu très saint d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, le Dieu de la miséricorde, en essayant de "prier toujours". Comme autre forme de "protestation par la prière" : ... osons-nous marcher dans les rues de nos villes et villages, en faisant couler les perles de l'ESPOIR ... dans un monde sans espoir qui ne cesse de s'assombrir ?

Chazbo M
Membre
Chazbo M(@chazbo)
il y a 4 mois
Répondre à  Will Howard

Vos contributions, mon Père, sont tellement denses et pleines de thèmes différents que je me sens obligé de les contempler.
Merci beaucoup de m'avoir inclus dans vos intentions de messe. Ma période de douleur a été heureusement brève.
Permettez-moi de demander à tous ceux qui liront ces lignes de prier pour l'âme d'un de mes amis, Bill Gallagher, décédé la nuit dernière. Un catholique irlandais de la vieille école dont l'attitude était empreinte de gentillesse, de douceur et de foi chrétienne. Repose en paix Bill !

Will Howard
Membre
Will Howard(@fr-will)
il y a 4 mois
Répondre à  Chazbo M

Oui, je le ferai .../ Et "priez pour nous Bill" - On dirait qu'il est du genre "homerun" (sourire).

Bashia Ferrando
Bashia Ferrando
il y a 4 mois

Aujourd'hui, il nous est rappelé que par le Rosaire, nous pouvons obtenir de Dieu les grâces et les bénédictions dont nous avons besoin, notamment la victoire dans la bataille de la vie, la victoire sur Satan et les forces et puissances du mal, la victoire sur les dépendances et les habitudes pécheresses, et surtout la victoire sur le moi.

Notre Dame du Saint Rosaire... Priez pour nous.

spaceforgrace
Membre
spaceforgrace(@spaceforgrace)
il y a 4 mois
Répondre à  Bashia Ferrando

Amen

Thimas@
Membre
Thimas@(@thimas)
il y a 4 mois

Désolé pour le double Chazbo, c'est mon erreur de traduction !

Noelle Clemens
Membre
Noelle Clemens(@jeanne)
il y a 4 mois

C'est comme si le Père Patrick avait choisi cette peinture pour calmer la tempête des réactions au Picasso d'hier. En plus d'une peinture charmante, bien qu'un peu anodine, le père Patrick nous a donné une histoire intéressante du rosaire, une bénédiction et un réconfort pour tant de gens.
Outre le fond orange assez violent (l'orange est complémentaire du bleu sur la roue des couleurs et fait donc ressortir le bleu de la robe de Marie), ma première réaction a été de chercher des chatons jouant sous les jupes de Marie. Le Saint Enfant et sa mère semblent tous deux s'amuser, accrochant en souriant leurs chapelets, tandis que le jeune Enfant semble "pratiquer" le signe de la bénédiction.
Dans la lecture de l'Évangile, les soixante-douze se réjouissent, et Jésus leur donne la raison profonde pour laquelle ils devraient se réjouir - que leurs noms sont écrits dans les cieux. La joie de cette connaissance est accessible à tous ceux qui ont foi en Notre Seigneur, et contrairement à la plupart des choses sur terre, elle n'est pas réservée aux riches, aux puissants et à ceux qui ont réussi. (Je dis cela parce que j'ai des relations extrêmement riches, ce qui n'est pas toujours facile ; cependant, "les comparaisons sont odieuses" - un dicton datant de 1440 !)
Pour moi, la reconnaissance est l'une des racines de la joie. Merci, Seigneur, pour la vie, les amis, y compris ceux de l'AC, pour le monde créé et pour toutes les bonnes choses. Lorsque nous ne sommes pas d'accord sur ce qui est "beau et de bonne réputation", aide-nous à le faire avec gentillesse.
Passez un bon week-end, " Que le Dieu de l'espérance nous comble de joie ". 🌻🌻🌻

spaceforgrace
Membre
spaceforgrace(@spaceforgrace)
il y a 4 mois
Répondre à  Noelle Clemens

Amen

Thimas@
Membre
Thimas@(@thimas)
il y a 4 mois

Oui, je suis d'accord avec vous Chasbo Chazbo, les déclarations rapportées par Jésus entre guillemets sont un peu confuses, à l'exception de la dernière. La première implique qu'aucun des disciples ne sera blessé alors que beaucoup d'entre eux l'ont été, mais peut-être que cela signifie spirituellement et non physiquement, bien que toutes les références soient physiques.
La seconde suggère que Jésus était sélectif quant aux personnes à qui il faisait ses révélations, alors que je pensais que son but était d'en parler à tout le monde, ce qu'il semblait faire en prêchant dans le plus grand nombre d'endroits possible.
Je suppose qu'il faut tenir compte, comme toujours, du fait que ces informations sont rapportées de bouche à oreille, des années plus tard, et qu'il y a sans doute un peu d'ajout ou d'interférence humaine dans les déclarations.

spaceforgrace
Membre
spaceforgrace(@spaceforgrace)
il y a 4 mois

Ce tableau a un charme fou. Pour moi, il réside dans la position très humaine de la mère et de l'enfant. Un bébé blond à la peau pâle, mais qui n'est pas idéalisé et qui est si réaliste que l'on pourrait lui tendre les bras pour qu'il se blottisse contre nous. Quel privilège pour Marie et Jospeh de câliner ce bébé, de lui témoigner de l'amour et de la protection, sans oublier un peu d'adoration ! Ils sont tous deux représentés au ciel, les pieds de Marie reposant sur les têtes des chérubins, la lumière de la présence divine derrière elle la baignant d'une auréole lumineuse. La mère et l'enfant sont assis sur un nuage, la main de Marie étant protectrice mais douce, et les doigts de l'enfant levés dans la pose familière, nous indiquant la direction vers le haut. Plus je regarde ce tableau, plus il est beau !

Les origines du rosaire sont joliment expliquées par le Père Patrick, et nous pouvons bien sûr y prêter peu d'attention puisque le rosaire est désormais indissociable de la dévotion catholique.

Je ne le prie pas assez, et j'ai beaucoup à prier ces jours-ci, alors je devrais peut-être commencer.

Chazbo M
Membre
Chazbo M(@chazbo)
il y a 4 mois
Répondre à  spaceforgrace

Presque tous les catholiques possèdent un chapelet, mais peu l'utilisent. Mon ami de l'Opus Dei y tient beaucoup et lorsque je le vois, je finis généralement par dire une dizaine.
Dans le parc près d'ici, il y a un endroit appelé roseraie qui attire toujours mon attention car je pense qu'il s'agit d'une faute d'orthographe. Mais ce n'est pas le cas !

Chazbo M
Membre
Chazbo M(@chazbo)
il y a 4 mois

J'espère que des experts bibliques plus érudits que moi pourront élucider la lecture de l'évangile d'aujourd'hui, car je n'arrive pas à la comprendre. Elle a probablement un sens caché profond qui ne peut être discerné que par ceux qui sont imprégnés de théologie, ce qui n'est pas mon cas.
Le rosaire est une bonne prière pour laquelle de nombreuses personnes ont du mal à trouver du temps. Un bouddhiste que j'ai rencontré un jour m'a dit, en l'entendant réciter, que cela lui rappelait leurs chants. Les longues répétitions peuvent nous faire entrer dans une sorte de transe.

Noelle Clemens
Membre
Noelle Clemens(@jeanne)
il y a 4 mois
Répondre à  Chazbo M

Et ainsi être apaisé....

spaceforgrace
Membre
spaceforgrace(@spaceforgrace)
il y a 4 mois
Répondre à  Noelle Clemens

Je pense que lorsqu'il est dit avec d'autres, il peut l'être tout à fait, mais lorsqu'il est dit seul, je stresse en essayant de me rappeler dans quelle décennie/mystère je me trouve ou si je passe de la bonne perle à la suivante. Prié seul, il peut être très exigeant, mais quand il fonctionne, il est merveilleux. J'avais l'habitude de le prier dans mon jardin et je devrais peut-être le faire à nouveau !

Patricia O'Brien
Membre
Patricia O'Brien(@marispiper)
il y a 4 mois
Répondre à  spaceforgrace

C'est pourquoi il est bon de prévoir une décennie. Sinon, comme vous le dites, tout devient flou.
J'ai un petit livre bleu intitulé The Scriptural Rosary qui contient une ligne d'écriture pour chaque "Je vous salue Marie" de chaque mystère. Cela permet de rester concentré.

spaceforgrace
Membre
spaceforgrace(@spaceforgrace)
il y a 4 mois
Répondre à  Patricia O'Brien

Lire et prier en même temps, cela n'a pas l'air facile ! J'ai déjà utilisé le site web du rosaire dominicain, qui fournit également des illustrations. Je trouve cela un peu plus facile !

Noelle Clemens
Membre
Noelle Clemens(@jeanne)
il y a 4 mois
Répondre à  spaceforgrace

Surtout par ce beau temps. Tant de choses prennent une dimension supplémentaire lorsqu'elles sont faites en entreprise...

Chazbo M
Membre
Chazbo M(@chazbo)
il y a 4 mois
Répondre à  Noelle Clemens

Je sors mon chapelet du fond de l'armoire ! Lorsque j'étais jeune, on considérait que c'était une dévotion réservée aux "dames". Non, je ne suis pas sexiste, je ne fais que rappeler des attitudes des années 1950. Cela ne veut pas dire que j'y adhère aujourd'hui, nous avons tous évolué !
Mon chapelet nous a été donné lorsque notre fille a été confirmée, avec une petite étiquette indiquant qu'il avait été béni par Jean-Paul II. C'est peut-être le cas, mais il n'y a aucun moyen de le savoir. Aucun test scientifique n'est disponible, c'est une question de foi.

Noelle Clemens
Membre
Noelle Clemens(@jeanne)
il y a 4 mois
Répondre à  Chazbo M

Comme dans tant d'autres choses ! Je me souviens d'avoir visité la tombe de Jean-Paul II et d'avoir eu confiance qu'il priait pour nous depuis sa place au ciel, où il voit Dieu "face à face". Enfin, il saura vraiment pour quoi prier.....

Chazbo M
Membre
Chazbo M(@chazbo)
il y a 4 mois
Répondre à  Noelle Clemens

La personne la plus merveilleuse de la vie publique de mon vivant. Il était merveilleux et ......just merveilleux !

Lectures en rapport avec Luc 10:17-24

29 novembre 2022

Luc 10:21-24

Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez

3 décembre 2019

Luc 10:21-24

Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez

6 octobre 2023

Luc 10:13-16

Quiconque vous rejette me rejette

1er octobre 2022

Luc 10:17-24

Les soixante-douze sont revenus en se réjouissant.

Rejoignez notre communauté

En plus de recevoir notre lecture quotidienne de l'Évangile et notre réflexion sur l'art, l'inscription à un abonnement gratuit vous permet de.. : 

La mission de Christian Art est de proposer chaque jour une lecture de l'Évangile associée à une œuvre d'art correspondante et à une courte réflexion. Notre objectif est d'aider les gens à se rapprocher de Dieu grâce à l'association magnifique de l'art et de la foi chrétienne.

CONNECTEZ-VOUS AVEC NOUS

Rejoignez les 70 000 personnes qui reçoivent chaque jour notre lecture de l'Évangile et notre réflexion sur l'art.

Aller au contenu principal