La main droite de l'artiste,
Dessin de Hendrick Goltzius (1558-1617),
Dessiné en 1588, avec l'inscription "De Hand van Judas Thadeús door H : Goltziús
plume et encre brune, lignes d'encadrement à l'encre brune
Christie's Londres, 10 juillet 2014, vendu pour 2,6 millions de livres sterling.

La main droite de l'artiste,
Dessin de Hendrick Goltzius (1558-1617),
Dessiné en 1588, avec l'inscription "De Hand van Judas Thadeús door H : Goltziús
plume et encre brune, lignes d'encadrement à l'encre brune
Christie's Londres, 10 juillet 2014, vendu pour 2,6 millions de livres sterling.

Évangile du 12 septembre 2023

Tout le monde dans la foule essayait de le toucher

Luc 6:12-19

Jésus s'est rendu dans les collines pour prier ; il a passé toute la nuit à prier Dieu. Le jour venu, il convoqua ses disciples et en choisit douze, qu'il appela "apôtres" : Simon qu'il appela Pierre, et son frère André ; Jacques, Jean, Philippe, Barthélemy, Matthieu, Thomas, Jacques fils d'Alphée, Simon dit le Zélote, Judas fils de Jacques, et Judas Iscariote qui devint un traître.

Il descendit ensuite avec eux et s'arrêta sur un terrain plat où se trouvait une grande assemblée de ses disciples avec une grande foule de gens venus de toutes les parties de la Judée et de Jérusalem et de la région côtière de Tyr et de Sidon pour l'entendre et pour être guéris de leurs maladies. Les gens qui étaient tourmentés par des esprits impurs étaient aussi guéris. tout le monde dans la foule essayait de le toucher car il sortit de lui un pouvoir qui les guérit tous.

Réflexion sur le dessin de maître ancien

La dernière ligne de notre lecture de l'Évangile se lit comme suit : "Tous les gens dans la foule cherchaient à le toucher". Et la phrase se poursuit ainsi : "car il sortait de lui une force qui les guérissait tous". Il ne suffisait pas que les gens entendent Jésus ou voient Jésus... non, ils voulaient aussi le toucher.

Le toucher traduit certainement une forme de communication plus intime, plus personnelle. Toucher quelque chose ou quelqu'un est très personnel et nous ne le faisons qu'avec les membres de notre famille et quelques amis très proches que nous pouvons serrer dans nos bras lorsque nous les voyons, par exemple. La phrase sur le toucher que Luc ajoute ici à notre lecture souligne l'importance du sens du toucher dans notre vie de foi à tous. Nous aussi, nous voulons toucher le Seigneur, et nous voulons être touchés par lui. C'est ce qui se passe dans les sacrements : il y a un élément physique dans tous les sacrements où nous sommes " touchés " : dans le baptême, on verse de l'eau sur notre tête ; on applique de l'huile dans le sacrement des malades, etc... Dans l'Eucharistie aussi, nous prenons le pain dans nos mains ou sur notre langue et nous le mangeons ; nous prenons le calice dans nos mains et nous y buvons. C'est avant tout "dans" et "par" les sacrements que nous touchons le Seigneur et que nous lui permettons de toucher notre vie. Ainsi, tout comme le peuple de l'évangile, nous pouvons faire l'expérience de la puissance de guérison et de renouvellement qui vient de Jésus.

Notre dessin représente simplement une main, la principale partie du corps que nous utilisons pour le toucher. Le dessin de Hendrick Goltzius a été vendu en 2014 chez Christie's Londres pour 2,6 millions de livres sterling. Notre dessin représente la main droite de l'artiste. Selon son ami et premier biographe Karel van Mander (1548-1606), Goltzius n'avait qu'un an lorsqu'il tomba la tête la première dans la cheminée et se brûla les deux mains sur les charbons ardents. Sa mère essaya de soigner ses mains avec des attelles et des onguents, mais il continuait à souffrir. C'est alors qu'une voisine, sous prétexte qu'elle pouvait faire mieux, enleva les attelles et attacha la main droite de l'enfant dans un tissu. Les tendons de cette main se sont alors soudés et Goltzius n'a pas pu l'ouvrir correctement jusqu'à la fin de sa vie (K. van Mander, Les vies des illustres peintres hollandais et allemands... avec une introduction et une traduction(éd. H. Miedema, Doornspijk, 1994-99, I, p. 386).

Une trentaine d'années après cet accident d'enfance, Goltzius a exécuté le présent dessin d'une main, représentée plus grande que nature et d'une grandeur monumentale. Il reflète la douleur et est quelque peu désagréable à regarder. Pourtant, il s'agit à mes yeux d'un véritable chef-d'œuvre.

Partager cette lecture de l'Évangile

Avez-vous aimé cette lecture de l'Évangile et cette réflexion artistique ?

Participez à la discussion sur cette œuvre d'art et la lecture de l'Évangile.

Subscribe
Notify of
51 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Will Howard
Membre
Will Howard(@fr-will)
il y a 5 mois

Le jour venu, il convoqua ses disciples et en choisit douze qu'il appela "apôtres

...Mais, au début, il y avait les disciples, les "apprenants", de "...ce que cela signifie, je veux la Miséricorde".

J'ai beaucoup apprécié la réflexion du Père aujourd'hui concernant l'histoire de "la main droite de l'artiste". À l'école des beaux-arts, nous faisions beaucoup de "dessins de figures" à partir de nos mains, l'instructeur nous expliquant : "l'ensemble de la figure humaine se trouve dans la main : geste, ligne, forme, ombre, poids, tendon, os, muscle, masse, etc. ... et le "geste" - comme nous le voyons aujourd'hui de manière stupéfiante. En revoyant l'œuvre, je me suis immédiatement demandé si Goltzius était droitier et s'il avait dû dessiner l'œuvre de la main gauche. L'histoire de l'aventure de Goltzius électrise l'œuvre et lui confère une signification bien plus grande !

Mais permettez-moi une légère diversion : nous célébrons aujourd'hui une "autre" GRANDE fête mariale - de peur de manquer l'occasion dont l'Église, le monde, ont TELLEMENT BESOIN à notre époque ; c'est peut-être la raison pour laquelle St. JPII a rétabli cette fête en 2002. Appelée le premier disciple, notre Sainte Mère a bien sûr été la "première" personne à "toucher le Seigneur", de la manière la plus intime et la plus incertaine qui soit.

Il y a tant de choses dans notre capacité humaine, si nettement distincte de celle de toutes les autres créatures, à "nommer" ; et c'est encore plus vrai lorsque nous nous nommons les uns les autres. Je me demande à quoi pensaient saint Joachim et sainte Anne en donnant à leur enfant le nom de Marie, qui signifie "amertume" en hébreu. S'agissait-il du "travail sacré doux-amer" qui attendait son accouchement virginal de Dieu dans son ventre (je n'adhère pas à la tradition selon laquelle la naissance de Jésus s'est déroulée sans douleur) ? Était-ce une prophétie concernant "l'épée qui transpercerait son propre cœur" ? Est-ce que ce sont les larmes amères qu'elle a versées au pied de la croix qui, selon la tradition, se sont transformées en joie extatique lorsqu'elle a réalisé que "tout était achevé" - son cœur immaculé était désormais ouvert pour intercéder pour tous les âges, pour tous ses enfants ?

"Le sens de la miséricorde ? Comprendre que la réponse de l'Amour à la calamité/au péché/à la souffrance, voire à la mort elle-même - de Dieu sur la Croix - est que, comme le brillant exemple "ardent" de Goltzius : plus la souffrance est grande, plus le chef-d'œuvre créatif de la vie et de la résurrection est - potentiellement - réalisé.

Il me semble me souvenir de l'époque de mon école d'art païen où j'ai rendu ma main gauche traversée par une barre de fer. J'espère que ce n'était pas prophétique... et d'un autre côté (désolé) ma prêtrise témoigne en quelque sorte que c'était le cas.

Patricia O'Brien
Membre
Patricia O'Brien(@marispiper)
il y a 5 mois
Répondre à  Will Howard

Excellente réflexion, Père Will. Lorsque le Christ était âgé de quelques jours, on a dit à Marie qu'une épée lui transpercerait l'âme. Oui, l'"amertume" se profilait à l'horizon pour elle...

Chazbo M
Membre
Chazbo M(@chazbo)
il y a 5 mois
Répondre à  Will Howard

Nous ne pouvons que lire vos messages et nous imprégner de votre spiritualité. Les réponses significatives ne viennent pas de moi.
Avez-vous imprimé des traités à votre nom Père ?

Andy Bocanegra
Membre
Andy Bocanegra(@bogie29)
il y a 5 mois

"car il sortait de lui une force qui les guérissait tous". Jésus devait être épuisé après avoir guéri tant de gens. Il n'est pas étonnant qu'il ait eu besoin d'être seul. Pourtant, lorsque les gens ont découvert où il se trouvait, il s'est rendu disponible à cause de sa compassion pour eux. Merci Seigneur de continuer à apporter la guérison à travers les sacrements.

Chazbo M
Membre
Chazbo M(@chazbo)
il y a 5 mois
Répondre à  Andy Bocanegra

Bien dit, Andy.

Noelle Clemens
Membre
Noelle Clemens(@jeanne)
il y a 5 mois
Répondre à  Andy Bocanegra

Apparemment, la communauté nord-ombrienne accorde une grande importance à la disponibilité et à la vulnérabilité au service des autres.....

Zeffi
Membre
Zeffi(@zeffi)
il y a 5 mois

Une image si bien dessinée et pourtant si dure de la main que l'artiste devait connaître mieux que quiconque : non seulement il en connaissait l'aspect, mais il en connaissait aussi intimement la douleur. Comme le dit Noelle, donner à sa propre main la forme de celle de Goltzius, c'est ressentir sa douleur. Ce dessin aurait également été très approprié pour illustrer la section de l'Évangile d'hier sur la guérison de l'homme à la main desséchée.

On recule d'horreur à la pensée de ce pauvre bambin aux mains brûlées, du jeune garçon moqué par ses camarades, des chuchotements des adolescentes derrière leurs mains et entendus par le jeune homme. Et pourtant, une telle capacité artistique à produire des gravures, des peintures, des dessins à la plume et à l'encre d'une grande force, d'une grande beauté et d'une grande délicatesse.

En considérant la somme pour laquelle le dessin a été vendu, je ne peux que me demander combien de mains et de membres d'enfants blessés auraient pu être guéris pour autant d'argent.

Dans l'Evangile d'aujourd'hui, après une nuit de prière, Jésus a été étonnamment actif toute la journée : tout d'abord, l'administration du personnel parmi ses disciples (sélection des douze) ; puis une foule immense de toutes sortes de personnes ayant besoin de guérison - et il était littéralement " sur le terrain ", réellement présent aux personnes qu'il guérissait, ce qui, comme l'observe Chazbo dans un autre billet, était assez épuisant (" la force sortait de lui "). Et la suite, après cette section, est l'enseignement massif du Sermon sur la Montagne et des Béatitudes. Et plus encore ...

Chazbo M
Membre
Chazbo M(@chazbo)
il y a 5 mois
Répondre à  Zeffi

Zeffi votre troisième paragraphe soulève l'épineuse question de la valeur monétaire de l'art et de l'art religieux en particulier. Peut-être y reviendrons-nous plus tard !

Noelle Clemens
Membre
Noelle Clemens(@jeanne)
il y a 5 mois

J'ai regardé les mains de mon mari - il a de fortes mains de fermier - et il n'y a certainement pas de veines latérales comme sur le dessin. Peu importe, les hachures sont étonnantes....

Chazbo M
Membre
Chazbo M(@chazbo)
il y a 5 mois
Répondre à  Noelle Clemens

J'ai des veines transversales. C'est peut-être parce que je suis une citadine efféminée ! lol

Noelle Clemens
Membre
Noelle Clemens(@jeanne)
il y a 5 mois
Répondre à  Chazbo M

Un autre mystère....

Noelle Clemens
Membre
Noelle Clemens(@jeanne)
il y a 5 mois

Un si beau dessin, qui rappelle les nombreux dessins de mains de Léonard de Vinci. Mais c'est une histoire si triste. Nous avons la chance de vivre à une époque et dans un lieu où beaucoup de nos maux et de nos accidents peuvent être soignés ou améliorés. J'ai passé quelques minutes à essayer de reproduire la forme de la main - difficile, comment Goltzius y est-il parvenu ? Son index semble plié vers l'avant, ce qui suggère une main capable de bouger et d'être utilisée. Il est clair qu'il était devenu un artiste compétent.
Il n'est pas étonnant que les gens aient afflué vers Jésus pour être guéris, alors que les traitements pouvaient tuer aussi souvent qu'ils guérissaient. Nous avons toujours besoin de Sa guérison dans nos vies, peut-être plus particulièrement de nos cœurs, de nos esprits et de nos émotions.... maintenant que nos corps ont plus de chances d'être guéris et que nous vivons plus longtemps, portant les blessures et les cicatrices de la maladie.
les événements/relations difficiles de notre vie. Enlève de nos âmes la tension et le stress, et fais en sorte que nos vies ordonnées confessent la beauté de ta paix.
Nous pensons à ceux qui ont été blessés ou estropiés, physiquement ou mentalement, lors du tremblement de terre au Maroc. Seigneur de toute la terre, rejoins-les dans ton amour et à travers l'amour des autres, et fais-toi connaître à eux, nous t'en prions.

Chazbo M
Membre
Chazbo M(@chazbo)
il y a 5 mois
Répondre à  Noelle Clemens

Merci Noelle. C'est très bien dit. Vous citez Newman ; il a écrit les plus belles prières.

Noelle Clemens
Membre
Noelle Clemens(@jeanne)
il y a 5 mois
Répondre à  Chazbo M

John Greenleaf Whittier, mais tellement similaire. Newman a quelques-uns des plus beaux hymnes et prières......🌻

Mark Crain
Membre
Mark Crain(@mark_crain)
il y a 5 mois
Répondre à  Noelle Clemens

Merci Noelle.

Noelle Clemens
Membre
Noelle Clemens(@jeanne)
il y a 5 mois
Répondre à  Mark Crain

🌻

spaceforgrace
Membre
spaceforgrace(@spaceforgrace)
il y a 5 mois
Répondre à  Noelle Clemens

Amen à cela Noelle !

spaceforgrace
Membre
spaceforgrace(@spaceforgrace)
il y a 5 mois

Lorsque l'on zoome sur ce dessin et que l'on regarde la technique utilisée par l'artiste, c'est vraiment incroyable. En tant que personne ayant de vilaines mains, je peux sympathiser avec lui !

J'aime la façon dont Luc énumère les apôtres par leur nom ! Je dois admettre que je n'ai jamais appris leurs noms par cœur et que certains m'échappent toujours. Pourtant, il s'agissait de véritables célébrités de leur temps, et leurs noms ont traversé les âges comme ceux de nos vénérés pères fondateurs. Quelles histoires ils avaient à raconter !

Nous devrions attacher une grande importance aux noms. Je regrette l'attitude actuelle à l'égard des noms des enfants, il semble que les parents les inventent et trouvent l'orthographe la plus obscure possible ! Certains noms peuvent être retrouvés dans ma famille depuis des générations et contribuent à cimenter la tradition et l'identité familiales. Cependant, je crois aussi que ces noms reviendront à la mode un jour ou l'autre.

Dieu connaît nos noms par le rite de notre baptême. Comme ce sera merveilleux lorsque nous entendrons notre nom appelé !

Aujourd'hui, je prie pour tous ces enfants anonymes non baptisés à qui on n'a jamais donné la chance de vivre. Je prie pour que Dieu leur donne une place très spéciale au Paradis.

Chazbo M
Membre
Chazbo M(@chazbo)
il y a 5 mois
Répondre à  spaceforgrace

Vous soulevez tant de points importants et émouvants. J'ai remercié Dieu que mon fils et sa compagne aient nommé notre nouvelle petite-fille Eleanor. Je vais faire faire une icône de Sainte-Hélène en Roumanie pour elle. Je crois que je l'ai déjà dit.

spaceforgrace
Membre
spaceforgrace(@spaceforgrace)
il y a 5 mois
Répondre à  Chazbo M

Vous l'avez fait, mais répétez-le ! Mes petits-enfants ont tous des noms bibliques et de saints classiques, Dieu merci, et c'était leur choix !

Noelle Clemens
Membre
Noelle Clemens(@jeanne)
il y a 5 mois
Répondre à  Chazbo M

✔🌻

Noelle Clemens
Membre
Noelle Clemens(@jeanne)
il y a 5 mois
Répondre à  spaceforgrace

Intéressant, SFG. J'ai récemment découvert que dans l'ascendance écossaise de mon père, le nom James remontait au moins à 1800, dans une lignée presque ininterrompue. Vous vous souvenez peut-être que je n'aime pas mon prénom : parce que personne ne voulait jamais m'appeler par ce nom, disant qu'ils ne savaient pas comment le prononcer, et m'appelant Nole !

Andy Bocanegra
Membre
Andy Bocanegra(@bogie29)
il y a 5 mois
Répondre à  spaceforgrace

Je suis d'accord. Les noms sont importants. Je suis heureuse que tous mes petits-enfants aient été nommés d'après des saints. Ils célèbrent les fêtes de leurs homonymes comme un deuxième anniversaire.

Patricia O'Brien
Membre
Patricia O'Brien(@marispiper)
il y a 5 mois

Beaucoup de choses à penser aujourd'hui...
Le dessin et l'histoire derrière la main sont étonnants.
Mais toucher, et toucher le Christ... c'est autre chose. Il savait qu'il avait du pouvoir, mais d'autres en avaient aussi, et son toucher était le moyen de l'obtenir. Vous pouvez imaginer la clameur... et il y a la femme qui voulait simplement toucher son ourlet.
J'aime bien les poignées de main et, en général, je n'ai rien contre le contact quand je parle aux gens, mais il y a maintenant un truc pour les câlins. Parfois, des personnes que vous connaissez à peine veulent vous serrer dans leurs bras... 😐pourquoi ?

Chazbo M
Membre
Chazbo M(@chazbo)
il y a 5 mois
Répondre à  Patricia O'Brien

Je pense que toucher Jésus l'a épuisé. Il ne pouvait pas le faire toute la journée.
Je suis tout à fait d'accord avec vous pour ce qui est des câlins - beaucoup trop. Je n'aime pas non plus embrasser les personnes que je viens de rencontrer. Serrer la main était considéré comme assez amical et je suis désolée de voir que cela a disparu dans l'Église maintenant

spaceforgrace
Membre
spaceforgrace(@spaceforgrace)
il y a 5 mois
Répondre à  Chazbo M

Oui, les contacts non désirés sont gênants. L'autre jour, je racontais une histoire triste à quelqu'un et cette femme a posé sa main sur mon épaule. Je pense qu'elle pensait que c'était un geste attentionné, mais la main est restée là bien trop longtemps. Nous devrions avoir un moyen de dire poliment aux gens : "Enlevez vos mains de là !

Chazbo M
Membre
Chazbo M(@chazbo)
il y a 5 mois
Répondre à  spaceforgrace

Lol !

Noelle Clemens
Membre
Noelle Clemens(@jeanne)
il y a 5 mois
Répondre à  spaceforgrace

Noli me tangere....

spaceforgrace
Membre
spaceforgrace(@spaceforgrace)
il y a 5 mois
Répondre à  Patricia O'Brien

Cela semble très peu britannique. Ma famille n'était pas du genre à faire des câlins, mais je me souviens que, probablement au début des années 90, ma mère a commencé à nous serrer dans ses bras. Personne ne savait vraiment pourquoi et nous n'avons pas demandé, nous nous sommes simplement serrés les uns contre les autres et contre elle, et maintenant cela continue. Ne pas toucher les gens pendant Covid était une torture. Faire des câlins ou ne pas en faire ? Je sais ce que je préfère.

Noelle Clemens
Membre
Noelle Clemens(@jeanne)
il y a 5 mois
Répondre à  spaceforgrace

C'était merveilleux de vivre en France et en Espagne - il y a certes un certain temps - où les salutations étaient formalisées et où l'on savait plus ou moins comment saluer les autres. J'adore les accolades, mais pas avec tout le monde ! Je pense qu'à l'église, nous devrions nous en tenir aux poignées de main et réserver les accolades et les baisers aux occasions sociales. Bien qu'une touche sur le bras soit généralement acceptable.....

spaceforgrace
Membre
spaceforgrace(@spaceforgrace)
il y a 5 mois
Répondre à  Noelle Clemens

Je me laisse porter par le courant - je trouve le formalisme des salutations européennes très déroutant - j'aime à penser que je suis perspicace quant à ce qui est approprié !

Noelle Clemens
Membre
Noelle Clemens(@jeanne)
il y a 5 mois
Répondre à  Patricia O'Brien

Vient des États-Unis, peut-être du mouvement évangélique, mais il est difficile de le savoir. Je pense que cela a commencé dans les années 60....

Andy Bocanegra
Membre
Andy Bocanegra(@bogie29)
il y a 5 mois
Répondre à  Patricia O'Brien

Je ne suis pas du genre à faire des câlins. Les accolades sont réservées aux personnes que je connais bien, comme la famille et les amis proches, sinon je me sens mal à l'aise. Depuis COVID, la plupart des gens ne se serrent toujours pas la main pendant la messe au moment du signe de paix. Cela me manque un peu.

Patricia O'Brien
Membre
Patricia O'Brien(@marispiper)
il y a 5 mois
Répondre à  Andy Bocanegra

Oui, lors de la messe en France hier, les gens se sont tournés vers les autres, ont souri, ont hoché la tête, ont joint leurs mains dans un geste de prière (une sorte de manaste très oriental).

Nik
Membre
Nik(@nik)
il y a 5 mois
Répondre à  Patricia O'Brien

Pour nous aussi, un "zwaai" à l'intention des autres avec un chevalier amical.

Nik
Membre
Nik(@nik)
il y a 5 mois
Répondre à  Nik

Un ipv geen

Rita Alves
Membre
Rita Alves(@rita-alves-machado)
il y a 5 mois

Incroyable. Oui, une main meurtrie et torturée, mais aussi une main forte. Et dans les moments de désespoir et de besoin, nous tendons instinctivement la main pour toucher - même dans les foules. Ce n'est plus personnel, c'est absolument nécessaire.

spaceforgrace
Membre
spaceforgrace(@spaceforgrace)
il y a 5 mois
Répondre à  Rita Alves

Oui, c'est vrai !

Kate Casper
Membre
Kate Casper(@k8ghost)
il y a 5 mois

Je me demande à quoi l'inscription fait référence. De Hand van Judas" fait-il référence à Judas Iscariote ? Ou est-ce que je lis mal ?

Zeffi
Membre
Zeffi(@zeffi)
il y a 5 mois
Répondre à  Kate Casper

Oui, il s'agit de l'autre Judas, cité dans cet extrait de l'Évangile comme "fils de Jacques", également connu sous le nom de St Jude dans certains pays, ou sous le nom de Judas Thaddée. (" 'De Hand van Judas Thadeús door H : Goltziús' ")

Mark Crain
Membre
Mark Crain(@mark_crain)
il y a 5 mois
Répondre à  Zeffi

Merci de cette précision.

Chazbo M
Membre
Chazbo M(@chazbo)
il y a 5 mois

Le directeur de ma première école avait été brûlé dans un char d'assaut pendant la guerre. Son visage avait été reconstruit et ses mains avaient été horriblement tordues par les flammes et transformées en griffes. Il était vraiment effrayant à voir pour un jeune garçon. Il n'y a pas d'élément rédempteur dans cette histoire, malheureusement, l'adversité n'a pas fait de lui une bonne personne. Au contraire.
Je n'ai pas pu m'empêcher d'écrire cette petite tranche de ma vie d'avant, car ce dessin m'a rappelé des souvenirs si vivants.

Kate Casper
Membre
Kate Casper(@k8ghost)
il y a 5 mois
Répondre à  Chazbo M

Une réaction appropriée.

Patricia O'Brien
Membre
Patricia O'Brien(@marispiper)
il y a 5 mois
Répondre à  Chazbo M

Hmm... peut-être qu'il a été marqué à bien des égards... votre réaction était pourtant normale. Il n'est pas étonnant que vous vous souveniez de lui... Que Dieu ait son âme.

spaceforgrace
Membre
spaceforgrace(@spaceforgrace)
il y a 5 mois
Répondre à  Chazbo M

Quelle terrible chose il a dû endurer ! Je connais quelqu'un qui a subi une grande tragédie et les gens me demandent si c'est cela qui a rendu cette personne si amère. Je réponds que non, elle a toujours été comme ça ! Peut-être que les cicatrices physiques de cet enseignant n'ont eu aucun impact sur sa personnalité déjà désagréable ? Qui peut le dire ?
Je suis heureux que vous ayez partagé ce souvenir, Chazbo, il a manifestement eu un impact sur vous. Qu'il repose en paix, malgré toutes ses fautes.

Chazbo M
Membre
Chazbo M(@chazbo)
il y a 5 mois
Répondre à  spaceforgrace

Je me souviens qu'il y a quelques années, quelqu'un a demandé si les personnes handicapées n'étaient pas merveilleuses et il a répondu "pas vraiment, nous sommes comme les autres". Il a poursuivi en disant : "Si vous êtes une personne méchante et que vous êtes amputé d'une jambe pour une raison quelconque, cela fait de vous une personne méchante avec une seule jambe ! J'ai trouvé cela tellement franc et courageux d'une certaine manière que j'ai éclaté de rire ! 🙂 .

spaceforgrace
Membre
spaceforgrace(@spaceforgrace)
il y a 5 mois
Répondre à  Chazbo M

Absolument ! Les gens sont des gens et ne sont pas définis par leur corps !

Noelle Clemens
Membre
Noelle Clemens(@jeanne)
il y a 5 mois
Répondre à  Chazbo M

Excellente perception

Patricia O'Brien
Membre
Patricia O'Brien(@marispiper)
il y a 5 mois
Répondre à  Noelle Clemens

Je ne voudrais pas être définie par la mienne 😆

Chazbo M
Membre
Chazbo M(@chazbo)
il y a 5 mois
Répondre à  spaceforgrace

Je viens d'écrire une autre histoire similaire à la vôtre ci-dessous. Toutes mes excuses....

Noelle Clemens
Membre
Noelle Clemens(@jeanne)
il y a 5 mois
Répondre à  spaceforgrace

Amen, qui sait quelles cruautés il a subies, il ne nous appartient pas de le savoir ni de le juger

Lectures en rapport avec Luc 6:12-19

12 septembre 2020

Luc 6:43-49

Celui qui m'écoute bâtit sa maison sur le roc.

28 octobre 2019

Luc 6 : 12-16

Jésus choisit les douze apôtres

5 septembre 2022

Luc 6:6-11

L'homme à la main desséchée

14 mars 2022

Luc 6:36-38

Soyez compatissant comme votre Père est compatissant

Rejoignez notre communauté

En plus de recevoir notre lecture quotidienne de l'Évangile et notre réflexion sur l'art, l'inscription à un abonnement gratuit vous permet de.. : 

La mission de Christian Art est de proposer chaque jour une lecture de l'Évangile associée à une œuvre d'art correspondante et à une courte réflexion. Notre objectif est d'aider les gens à se rapprocher de Dieu grâce à l'association magnifique de l'art et de la foi chrétienne.

CONNECTEZ-VOUS AVEC NOUS

Rejoignez les 70 000 personnes qui reçoivent chaque jour notre lecture de l'Évangile et notre réflexion sur l'art.

Aller au contenu principal